Journal d’une apprentie de l’hypnose #épisode 5

Publié par Virginie Thuilliez le

Chaque semaine, je vous livre les réflexions qui ont fini par me convaincre de me reconvertir au métier d’hypnothérapeute, ainsi que les étapes nécessaires à la réalisation de mon projet.

Si vous avez raté l’épisode précédent, c’est ici

Juin 2018 : devenir entrepreneure

business woman
chef d'entreprise
entrepreneure

Ca y est… on y est… Je suis maintenant formée à mon nouveau métier, et je m’apprête à faire un grand saut dans le vide en me lançant dans le monde de l’entrepreneuriat. A la fois amusée, apeurée, surexcitée, je saute à pieds joints dans cette nouvelle aventure. Comme à mon habitude, je démarre sur les chapeaux de roue, complètement emballée par tout ce que j’imagine. J’ai toujours cette image de mon futur cabinet qui flotte dans mon esprit, comme une carotte que je mets devant moi pour avancer. Je l’imagine cosy, douillet à souhait, comme un cocon dans lequel je viendrai chaque jour accompagner avec bonheur des gens de tous horizons.

Mais voilà, rêver, c’est bien… mais avancer, c’est mieux. La première démarche que j’effectue, c’est de contacter une association qui accompagne les porteurs de projet de création d’entreprise. Car il faut se rendre à l’évidence : je suis dans une région dans laquelle je ne connais personne, et je m’apprête à me lancer dans un métier qui n’est pas forcément mis en valeur, dans la mesure où lorsque je parle « hypnose » aux gens, au mieux, ils me disent qu’ils connaissent vaguement quelqu’un qui a arrêté de fumer grâce à l’hypnose, au pire, ils me parlent de ces spectacles utilisant l’hypnose pour tourner en ridicule un public qui a payé pour ça (quelques spectacles d’hypnose sortent leur épingle du jeu, mais ils se font bien rares… et ne sont pas médiatisés !). Et c’est alors que, bien souvent, s’engage une conversation pour rassurer et dire « Non, je ne fais pas faire la poule aux gens pendant mes séances » ou « Non, je ne peux pas vous soudoyer votre code de carte bleue en pleine séance ».

Alors, pour moi, une seule certitude : il est indispensable que je sois accompagnée dans ma démarche, pour répondre à deux besoins principaux : me créer un réseau, et imaginer un plan de communication et une stratégie marketing dignes de ce nom…

Etant quelque peu restée sur ma faim concernant l’accompagnement que j’avais reçu d’une première structure de ce type à l’époque de mon projet en coaching, je change mon fusil d’épaule, et contacte une autre structure, qui s’avèrera être la bonne, tant elle répond avec précision à mes besoins.

heureux
heureuse

C’est ainsi que, dès le premier rendez-vous, je sens que l’énergie me porte à nouveau, regonflée à bloc par tous les conseils et toutes les informations que je viens de recevoir : des personnes à contacter, un plan de communication à créer, des supports de communication à inventer… Bref, on me donne du concret et je n’en attendais pas moins !

A peine rentrée, je démarche, je crée et j’avance… Mais les premières difficultés ne vont pas tarder à se manifester. Ma première préoccupation est de trouver un bureau à louer pour pouvoir m’y installer. Rien de plus facile… ! Et bien, en fait… non ! Souhaitant m’implanter à la campagne plutôt qu’en ville, les locaux de ce type se font rares… Et tandis qu’une piste intéressante se présente, elle tombe à l’eau aussitôt.

Finalement, grâce au réseau que je constitue, quelques semaines plus tard, je finirai par trouver un lieu idéal, dans le département voisin limitrophe (bonjour l’Aisne !). Les points forts de cet endroit : il s’agit de locaux neufs, répondant à toutes les normes d’accessibilité, et de surcroît, un ostéopathe y est déjà installé, ce qui me permettra de toucher plus facilement la clientèle de passage.

Mon autre difficulté majeure reste le financement de ce projet. Nos finances personnelles sont au plus bas (merci à Pôle Emploi pour le NON financement de ma formation…!) Si je veux pouvoir lancer mon activité, je vais avoir besoin de meubler le cabinet, payer les premiers loyers, la caution, les frais de notaire, l’achat d’une deuxième voiture pour pouvoir m’y rendre quotidiennement (et oui, vive la campagne !), faire un peu de publicité, etc…

approuvé

Moi qui aie toujours été frileuse à l’idée de faire un prêt, devant l’insistance de mon conseiller (et de mon conjoint), je m’aperçois que je ne vais pas avoir d’autre choix que d’en passer par là. Je monte donc un dossier en béton, et j’aurai finalement gain de cause dans l’obtention d’un prêt d’honneur complété par un prêt bancaire. A noter que, dans ce cadre, l’accompagnement par la structure de conseil à la création d’entreprise aura été indispensable, puisque pour moi, monter un dossier de demande de prêt, c’est comme faire un gâteau sans en connaître la recette… c’est-à-dire un voyage en terre inconnue !

Entre temps, évidemment, il m’aura fallu réaliser les démarches administratives afin de créer ma micro-entreprise. Et là, je dois dire que j’ai presque été étonnée par la facilité de la tâche ! Quelques manipulations à faire sur un site internet, et quelques minutes plus tard… ton entreprise est créée !

Bref, tout est en place pour le démarrage de mon activité…! Je trépigne d’impatience, je mime la danse de la joie, et je prépare l’ouverture de mon cabinet… oui, là, on en est à l’étape « Valérie Damidot »… ou comment décorer un cabinet d’hypnothérapie pour qu’il soit à la fois cosy et crédible.

Novembre 2018 : Ouverture du cabinet

heureux
heureuse

Nous sommes le 4 novembre 2018. L’activité démarre sur les chapeaux de roue. Mon agenda est déjà bien rempli. Grâce au réseau que je me suis constitué, j’ai pu nouer pas mal de contacts, et l’installation de mon cabinet a fait grand bruit dans les parages.

Ce premier mois d’ouverture, j’enchaînerai fébrilement rendez-vous sur rendez-vous (une cinquantaine au total !). Les connaissances que j’ai apprises en formation doivent maintenant être transformées en compétences. Ce n’est pas la partie la plus simple, mais je m’accroche ! La plupart des personnes que j’accompagne sont satisfaites de mon travail, et je m’en réjouis.

Pourtant, tout ne se passera pas comme prévu…

… à suivre …

Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
Catégories : témoignage

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement le ebook "3 étapes pour trouver votre voie professionnelle et oser (enfin !) vous lancer"