Journal d’une apprentie de l’hypnose #épisode 3

Publié par Virginie Thuilliez le

Chaque semaine, je vous livre les réflexions qui ont fini par me convaincre de me reconvertir au métier d’hypnothérapeute, ainsi que les étapes nécessaires à la réalisation de mon projet.

Si vous avez raté l’épisode précédent, c’est ici

Coup de coeur pour l’hypnose

arbre amour

Je pars donc du constat que le domaine du développement personnel m’attire fortement, et que j’ai certainement dû passer à côté de quelque chose. Il y a quelques années, déjà, j’avais voulu m’orienter vers cette branche, pour devenir formatrice dans le domaine du développement personnel, mais j’avais estimé que du haut de mes vingt-sept ans, j’étais peut-être un peu trop jeune… et peut-être aussi dois-je avouer que je n’avais pas fini de régler certaines petites choses avec moi-même.

Je décide donc de retourner consulter tous les sites Internet des centres de formation que j’ai visités pour trouver ma formation en coaching, tous spécialisés dans le domaine du développement personnel. Et là… une chose me saute aux yeux… ils proposent tous une formation à l’hypnose ! Mais pourquoi est-ce que je ne m’y suis pas intéressée plus tôt ? Pourquoi je n’ai même pas cliqué, ne serait-ce que par curiosité, sur l’onglet concerné, pour en savoir plus ? Nul ne le sait.

Je me rue donc sur toutes les informations que je peux trouver sur le sujet (et oui, quand je suis prise d’une fulgurance, plus rien ne m’arrête), et je dévore ! Et là, tu vois, je flaire le truc qui pourrait bien révolutionner ma vie… Les fameux papillons dans le ventre transposés à ta quête professionnelle… LE boulot dont t’as toujours rêvé sans jamais oser te l’avouer. Et plus je lis, plus je tombe amoureuse de ce qui sera mon futur métier.

Alors bon, faut pas non plus que je m’emballe trop vite me dis-je ! Oui, ça, c’est mon côté « restons raisonnables quand même » ou « exaltée, mais pas trop ». Il faut peut-être que je vérifie que tout ce que je lis et imagine corresponde bien à la réalité.

Et là, c’est le moment où tu te dis que la vie est quand même super bien faite. Il y a quelques temps, mon réseau social préféré, Facebook (oui, je suis addict à Face de bouc), m’a suggéré d’ajouter à mes amis quelqu’un que je n’ai pas revu depuis treize ans. Wouah, treize ans, c’est long ! Mais quand on aime, on ne compte pas comme on dit. Alors, hop hop hop, j’ai renoué le contact avec cette amie perdue de vue depuis trop longtemps. La dernière fois que je l’avais vue, c’est parce qu’on usait ensemble nos pantalons sur les bancs de la fac. Et là, tu veux que je te dise ce qu’il était écrit sur sa fiche Facebook ?! « Praticienne en hypnose »… Et ouais, rien que ça ! Je t’avoue que quand je m’en étais aperçue il y a quelques semaines, je ne m’en étais pas trop formalisée, je m’étais plutôt dit « Ah ouais ?! Tiens, c’est marrant ça ! ». Mais là, maintenant, à cet instant présent, forcément, mon instinct me disait que ce serait peut-être bien que je l’appelle.

Quelques minutes plus tard, c’est une conversation enjouée qui me permettait de mener ma petite enquête métier. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, ma sœur me proposa d’entrer en contact avec une personne de son entourage, devenue coach professionnel, et s’étant formée récemment à l’hypnose.

Et là, soyons francs, j’ai pas eu besoin de tergiverser pendant dix ans avant de comprendre que j’avais trouvé MA voie professionnelle, celle qui répondait à tous les critères que j’avais en tête depuis quelques mois.

Voilà, tu sais maintenant comment j’en suis venue à l’hypnose.

Le choix de LA formation

choix
Choix

Alors bon, une fois que t’as découvert que le métier que tu voulais faire était à portée de main, tu te dis qu’il va falloir t’y former. Et là, j’avoue, t’as intérêt à avoir ingurgité une sacrée dose de motivation. Parce qu’au vu du nombre incalculable de centres de formation qui pullulent dans le milieu, pas facile de faire ton choix. Et puis surtout, je pense que tu l’auras compris, « chat échaudé craint l’eau froide », mon expérience avec le précédent centre de formation en coaching m’a beaucoup refroidie. Pas question de mettre les pieds dans un endroit douteux.

Je passe donc des heures à surfer sur tous les forums qui parlent d’hypnose, et je lis attentivement les échanges des personnes qui, avant moi, se sont posées la question du centre de formation idéal, celui qui permettrait de devenir un dieu ou une déesse de l’hypnose, celui qui serait considéré comme le Graal en la matière. Oui, bon, en fait, soyons honnêtes, ce centre de formation n’existe pas. Chaque personne semble avoir un avis différent sur la formation qu’elle a reçue, ce qui, somme toute, n’est pas étonnant, étant donné que la formation pour devenir praticien en hypnose n’est pas reconnue par l’Etat, et qu’il n’existe donc pas de programme officiel. Et comme pour le coup, tu ne connais encore rien à l’hypnose, lire les programmes de formation de chaque centre, ça ne t’avance pas à grand-chose.

Au final, je reviens donc vers mon premier contact, l’amie retrouvée grâce à Facebook, qui ne tarira pas d’éloges sur la formation qu’elle a reçue via un petit centre de formation lillois. Je décide de lui faire confiance, et je me lance dans l’aventure ! Et là, tu vois, c’est comme quand tu es tout en haut du grand huit, et que tu sens que le manège est en train de t’emmener vers ton destin. T’es mort de trouille, mais tu kiffes !

argent
euros

Bon, alors, faut quand même que je prévienne les plus emballés d’entre vous… Clairement, si tu veux te former à l’hypnose, il vaut mieux que tu aies un peu d’argent de côté (ou que tu anticipes et que tu crées une cagnotte type « financement participatif » grâce à ce merveilleux outil qu’est Internet… et tu prendras bien soin d’inviter tata Germaine et mamie Suzette, pour qu’elles fassent monter gracieusement et généreusement le montant du butin…).

Si tu as bien suivi ce que je viens de dire, les formations à l’hypnose ne sont pas officiellement reconnues par l’Etat, donc si tu espères pouvoir faire financer ta formation via ton OPCA, Pôle Emploi, ou ton Compte Personnel Formation, tu risques d’être déçu. J’ai appris à mes dépends que si tu es demandeur d’emploi, le financement de ta formation à l’hypnose dépendra du bon vouloir de l’agence (voire du conseiller) dont tu dépends… Quelques rares élus ont néanmoins réussi à se faire financer leur formation par ce biais. J’ai aussi connu le cas de personnes en situation de licenciement économique qui avaient réussi à se faire financer la formation via leur OPCA. Mais dans la grande majorité de cas… Tu n’auras rien, nada, que dalle… Exception faite si tu as déjà un diplôme dans le domaine médical. Là, il se peut que ton OPCA daigne mettre la main à la poche. Je te le laisse étudier tranquillement la question via ton service Ressources Humaines, ou ton OPCA chéri.

Me voilà donc prête à m’inscrire à cette formation. Oui, enfin bon, presque prête, parce que trouver trois mille euros en moins d’un mois, ça va être compliqué, même si le centre de formation propose quelques facilités de paiement. J’ai bien tenté de jouer au Loto, mais ma bonne fée a oublié de saupoudrer mon ticket de poussière magique. Je me résigne donc à patienter six longs mois supplémentaires le temps de retrouver un niveau de trésorerie digne de mes projets. Et six mois, c’est long quand t’es en haut du grand huit, et que t’attends que le manège t’entraîne dans l’aventure…

bibliothèque

Alors, en attendant, je me dis que je vais pouvoir lire plein de livres intéressants sur l’hypnose, que je vais regarder plein de vidéos trop cool, et commencer à apprendre plein de choses sur le sujet. Sauf que, en réalité, quand t’y connais rien, tu sais pas trop par quel bout commencer. Du coup, je contacte le centre de formation auprès duquel je me suis inscrite, et je leur demande ce que je peux lire en attendant le début de ma formation. Et là, ils me disent qu’il est préférable que j’arrive en formation vierge de toutes représentations sur l’hypnose, et qu’il n’est pas utile que je me lance dans ce type de lectures. Et bim ! Petite déception… Là, j’avoue que mon côté rebelle a eu envie de dire « Merci bien Madame, mais je vais quand même dévorer des livres, parce que j’ai envie de mettre mon temps à profit ». Finalement, dans les faits, tu te replonges dans la littérature consacrée à l’hypnose, et tu ne sais toujours pas par quoi commencer, donc tu finis par laisser tomber.

Mais plutôt que de m’avouer vaincue (oui, j’ai un instinct de guerrière), je décide de m’inscrire à tous les groupes Facebook consacrés à l’hypnose (Face de bouc est mon ami je t’ai dit…). Et là, c’est Rendez-vous en terre inconnue. Je vois passer des mots comme « anamnèse », « induction », « DO », « signaling », et j’ai envie de dire « A vos souhaits ! ». Je comprends pas grand-chose à ce que je lis… Mais quand bien même je suis perdue, j’avoue, c’est complètement grisant ! Je suis au top de la surexcitation intellectuelle, et j’essaye de m’imaginer comment ce sera quand je pourrais formuler une réponse intelligente aux interrogations de mes futurs confrères.

Et finalement, plus les semaines avancent, plus je commence doucement à comprendre certaines choses. Alors bon, soyons honnêtes, c’est pas encore limpide, mais je commence par exemple à comprendre que l’anamnèse est l’entretien préalable au travail hypnotique. Bref, petit à petit, je m’immerge dans ce monde fabuleux, et je clique avec engouement sur tous les liens publiés vers des textes, vidéos, bandes dessinées humoristiques, et autres. Mon grand huit vient de démarrer… la pente est douce, et pas encore grisante autant qu’elle pourrait l’être, mais c’est un bon début, qui s’annonce prometteur…

… à suivre …
Journal d’une apprentie de l’hypnose #épisode 4


Partager
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •   
  •  
  •  
  •  
Catégories : témoignage

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recevez gratuitement le ebook "3 étapes pour trouver votre voie professionnelle et oser (enfin !) vous lancer"